Chapitre Prieural – Saint Hugues 2 avril 2016

 

 

Très Révérends Chevaliers Révérends Chevaliers
Très Chers Frères Ecuyers Novices,

 

A quelques mois de la fin du mandat que vous m’avez confié, je voudrais profiter d’une des dernières occasion de m’adresser à vous es-qualité pour porter un regard sur l’Ordre en mesurant à la fois le chemin parcouru depuis ma prise de fonction en juin 2012 et celui qui reste à parcourir.

Les rapports de nos Révérends Chevaliers Grand Chancelier, Grand Trésorier et Visiteur Général en charges des Relations Extérieures vous ont donné et vous donneront une image fidèle de la situation administrative et financière de votre Grand Prieuré et de la place qu’il occupe aujourd’hui sur l’échiquier international.

Souvenez-vous de l’état où nous nous trouvions il y a quatre ans, des interrogations qui s’exprimaient ici et là, et parfois de manière véhémente, sur la meilleure manière de répondre à la crise qui secouait durement la GLNF.

Les décisions que nous avons prises alors n’ont pas toujours été bien comprises, malgré nos efforts d’explication. Pas comprises à l’intérieur, mais à l’extérieur aussi. Le résultat, vous le connaissez tous : une perte d’effectifs sans précédent (près de la moitié), des membres de l’Ordre Intérieur qui décidaient de rester à la GLNF et d’autres qui rejoignaient une obédience étrangère pour y retrouver la reconnaissance internationale, des directoires sauvages, des excommunications réciproques. Et pour couronner le tout, la décision du GPIH de suspendre notre Charte, relayée par la totalité des autres GGPP Rectifiés.

Jamais le rituel du 4ème grade ni le tableau du grade de Maître n’avaient paru plus actuels.

 

Quelle est la situation aujourd’hui ?

Le GPRF a retrouvé la paix intérieure et l’harmonie. Ses effectifs croissent, lentement mais sûrement. De nombreux Chevaliers et EENN qui avaient rejoint des obédiences irrégulières, en contribuant parfois à les créer, retrouvent aujourd’hui le chemin de la régularité et de la reconnaissance.

Nous avons, dès novembre 2013 repris nos relations d’amitié avec la GLNF qui avaient été rompues sous l’ère du précédent GM de la GLNF.

 

Lorsque la GLNF a été à nouveau reconnue par la GLUA, conformément à nos engagements antérieurs, nous avons demandé à tous les FF qui l’avaient quittée de la rejoindre à nouveau, ce qui fut fait dans la quasi-totalité des cas.

Aujourd’hui, presque tous les membres de notre Ordre Intérieur sont membres de la GLNF, certains d’entre eux étant restés parallèlement affiliés à d’autres GGLL étrangères, principalement le FO.

Il n’y a pas un membre du GPRF qui ne soit aujourd’hui, conformément aux engagements pris avec la GLNF, membre de cette obédience ou d’une autre GL régulière et reconnue par la GLNF.

Nous avons renoué depuis mars 2016 avec le GPIH et tous les GGGPP Rectifiés.

 

Pendant la période « intérimaire », nous avons beaucoup voyagé, beaucoup rencontré, beaucoup expliqué. Nos relations avec les juridictions françaises et européennes des différents rites autres que le RER, qui étaient déjà très bonnes, se sont encore renforcées et élargies. Nous avons noué, grâce à nos FF du FO et à l’action de nos Visiteurs Généraux Philippe Laventure et Jean-Marie Dietrich des liens étroits avec les GGLL Scandinaves qui pratiquent le Rite Suédois.

Sur le plan du fonctionnement interne, nous avons amélioré, harmonisé et rendu plus fluide le circuit de présentation des dossiers d’admission et d’armement.

 

Nous travaillons actuellement à une révision du Règlement Général (la dernière remontait à juin 2011) sur tous les points qui, à l’usage, s’avéraient insuffisamment ou mal adaptés à nos pratiques et à nos besoins.

 

Nous avons créé un site Internet, qui est aujourd’hui un site d’information destiné au grand public. Nous n’avons pas encore arrêté notre position de manière définitive sur le contenu de la partie réservée à nos membres, car nous ne voulons pas sacrifier aux pratiques profanes de la communication à outrance ni confondre la voie chevaleresque avec un réseau social.

 

Voilà pour les aspects juridiques et administratifs. S’ils sont importants, ils ne sont pas essentiels.

L’essentiel, c’est ce qui touche à la mission de l’Ordre. Ce sera le sens de mon allocution tout à l’heure. Mais sachez que jamais, nous n’avons cessé de nous situer dans l’esprit de l’article 2 de notre Constitution, qui stipule que le GPRF «a pour but de maintenir et de transmettre l’héritage spirituel du Rite Ecossais Rectifié ».

Fidèle au plus pur esprit du Christianisme, le GPRF invite ses membres « à utiliser les connaissances transmises par le Rite dans le but de pratiquer la charité envers tous les hommes et poursuivre leur quête chevaleresque de perfectionnement moral et spirituel, avec patience et tempérance, dans le respect d’autrui ».

 

La transmission, nous en avons tous la responsabilité.

Le séminaire de Vézelay se fixe chaque année l’objectif d’explorer des thèmes qui sont autant de jalons sur la Voie. A charge pour les Préfets et les Commandeurs de prendre le relais de telle manière que chaque Frère du GPRF s’en pénètre et s’en empare à son tour. Lorsque chacun fait ce qu’il à faire, ces sont tous les FF du Rite qui progressent et il nous arrive aujourd’hui d’entendre des travaux aux trois premiers grades qui témoignent d’une transmission juste et, partant, d’une compréhension vraie de ce qui fut d’abord une réflexion et une méditation collective au cœur de la Bourgogne.

Le thème de Vézelay 2015 (Gnôsis et Praxis), est un exemple de la double approche qui caractérise à la fois notre Rite et la Voie Chevaleresque.

 

Mon vœu le plus cher est que nous ne nous en éloignons jamais. 

                             

                          Jean-Louis, Eques a Vero Desiderio Grand Prieur – Grand Maitre National