Jean Baptiste Willermoz est intimement convaincu depuis son entrée dans l'Ordre que la maçonnerie a pour but "d'éclairer l'homme sur sa nature, sur son origine et sur sa destination".

 

Fortement impressionné par l'enseignement théosophique et théurgique de Martines, immédiatement convaincu qu'il se trouvait au contact d'une doctrine purement traditionnelle dans laquelle il voyait la vérité même de la maçonnerie et soucieux de la diffuser et de la faire partager, Jean-Baptiste Willermoz va se consacrer à intégrer cet enseignement, joint à la tradition ésotérique chrétienne, dans le cadre maçonnique, en faisant ainsi le fond doctrinal du Régime.

 

Pensant dans un premier temps avoir trouvé dans la Stricte Observance l'asile idéal pour sa doctrine, il s'aperçut rapidement que le système de Hund ne correspondait pas, dans sa perspective essentiellement temporelle, à son dessein. Il en retiendra quelques éléments essentiels à partir desquels il élaborera le Régime Ecossais Rectifié qui sera le moyen de diffusion des vérités qui lui ont procuré, dira-t-il, "cette paix intérieure de l'âme".